Le défi historique

Répondre
Avatar de l’utilisateur
ijtihadi
Moderator
Moderator
Messages : 1161
Inscription : 27 janv. 2010, 12:30

Le défi historique

Message non lu par ijtihadi » 12 mars 2011, 08:14

. Le défi historique

Il s'agit là d'un aspect qui a été développé également dans la littérature " traditionnelle " portant sur la notion de " i'jaz " (inimitabilité du Coran). Puisque des versets qui ont annoncé des événements futurs par rapport au moment de la révélation et qui confirmèrent la prophétie dans les années qui suivirent. Il aurait suffit d'une seule " prédiction " non réalisée pour qu'elle laisse des échos inévitables.si cela n’avait pas était le cas bien sur même les croyants auraient étaient perturbé. Aucun témoignage historique de ce genre n'existe ni dans les sources islamiques, ni dans d'autres sources.
Quelques exemples de ces prédictions :

a) L'issue du conflit Perso-Bysantin

Dieu dit dans le Coran :

" Les Romains ont été vaincu dans le pays voisin, et après leur défaite ils seront les vainqueurs, dans quelques années. A Dieu appartient le commandement au début et à la fin, et ce jour là les croyants se réjouiront du secours de Dieu " ( Coran 30 / 2-5 )

Allusion à la défaite des romains par les perses, et la prédiction de leur victoire sur les perses plus tard. Victoire non prévisible dans le contexte en question.

L’historien britannique Edward Gibbon donne les éléments de ce contexte dans son livre "Decline and fall of the Roman Empire" :

En 590 de l'ère chrétienne, Chosroès II fils de l'empereur Perse Hormos est détrôné par Bahram... il se rend auprès de l'empereur romain Maurice lui demandant de l'aide pour restaurer le régime qui était tenu par son père. L'empereur décide de mobiliser le commandant Nasrès pour cette mission, qui fut parfaitement accompli permettant ainsi la prise du pouvoir perse par Chosroès II.

Depuis, les relations entre les deux royaumes et les deux familles royales plus précisément n'ont cessé de croître. En 602, Phocas, l'un des commandants de l'armée romaine prit le pouvoir après avoir renversé l'empereur, et massacré sa famille. Nasrès le commandant qui avait apporté secours à Chosroès II, et qui était fidèle à l'empereur, fût brûlé vif sur une place publique de Constantinople.

La situation interne des Romains n'arrêta de se dégrader. En 610, Héraclius, gouverneur romain en Afrique du nord pris le pouvoir après avoir tué Phocas. Rien n'arrêta plus l'armée perse qu'une victoire écrasante en 616, laissant quelques dizaines de milliers de prisonniers romains entre les mains des perses.

Dans ce contexte de faiblesse et de dégradation presque jamais atteint depuis des siècles. Le Coran annonça en 616 pendant sa révélation à un illettré parmi les mecquois, et en parlant des romains qu'après leur défaite ils seront les vainqueurs dans quelques années.

L'historien Gibbon dit à ce sujet :

" Au moment où les expéditions iraniennes étaient à leur apogée, Mohammed avait annoncé que les drapeaux romains allaient être hissés pour la victoire dans quelques années. Au moment où cette prédiction fût annoncée, rien n'était logiquement plus étonnant ni invraisemblable qu'un triomphe romain, puisque les douze premières années du règne d'Héraclius laissaient plutôt penser à la chute imminente et la fin dernière de l'état romain "

Neuf ans, ne permettaient donc pas logiquement à un pays dans un état pareil de se ressaisir, d'organiser son armée et d'avoir la victoire. Surtout si l'on sait que les produits agricoles étaient régulièrement acheminées d'Egypte depuis trois siècles (303) pour être distribués à Constantinople, et que ce ravitaillement s'était arrêté pour la première fois en 618.Que les problèmes allaient assaillirent Héraclius à tel point qu'il a décidé d'aller s'installer à Carthage en Afrique du Nord (Tunisie) et de faire d'elle la capitale de son royaume. Mais malgré cela, le miracle se produisit.


b) Puis la momie de pharaon

Malgré les éléments abondants que nous livre la Bible sur l'histoire des hébreux (leur séjour en Egypte, l'Exode, etc). Il y a un point de détail qui n'apparaît nullement dans la Bible : Quel était le destin du corps du pharaon mort lors de la sortie d'Egypte (au dernier quart du 13ème siècle avant J-C) ?

Le coran lui précise :
" Aujourd'hui, Nous te sauvons en ton corps, afin que tu sois un signe pour ceux qui viendront après toi " (Coran 10 / 92)

Et ce en dépit du fait " qu'à l'époque de la Révélation Coranique, personne ne pouvait avoir connaissance du fait que le corps avait bien été sauvé, et ce, peu de temps après la mort ". Ce n'est qu'à partir de 1907 que l'histoire du corps momifié de Mineptah put être reconstituée. C'est en cette année où " après avoir enlevé la couche extérieure des bandelettes d'une momie jusqu'alors inconnue, trouvée en 1898 dans la vallée des Rois de la nécropole de Thèbes, on devait découvrir qu'il s'agissait de celle de Mineptah dont le nom était écrit dans l'épaisseur des bandelettes "

Momie qui va devenir " le seul témoin matériel connu jusqu'à ce jour de la sortie, des juifs, d'Egypte "
Témoin irréfutable par les technologies de pointe d'une science aujourd'hui indéniable. Témoin silencieux mais tellement parlant.

En effet l'intérêt réside dans les traces (particulières) de traumatisme que porte le corps de Mineptah. On sait que " le pharaon mourut noyé dans une eau salée puis par les traumatismes multiples qui ont laissé sur la momie non pas des indices, mais des marques palpables de la violence des chocs reçus en plusieurs parties du corps : paroi de l'abdomen en arrière, avec une vaste lacune, thorax en avant où une zone enfoncée d'où le détachement d'un fragment, voûte du crâne où existe une large lacune, toutes lésions occupant le côté droit du corps. Toutes ces lésions allaient de pair avec les enseignements tant de la Bible que du Coran : corps jeté avec force dans l'eau (Coran : 28 / 40 et 51 / 40) "
Et " les investigations médicales approfondies de cette momie " " les radiographies [de ces lésions] ne pouvaient suggérer que leur survenue du vivant du sujet". Ces conclusions soumises en avril 1976 à la société française de médecine légale ne soulevèrent aucune objection "

bien sur d'autres prédictions sont dans le coran comme dans la sourate de Youssouf ou il parle de 12 planètes; il parlait des 12 frères de joseph mais surement aussi de douze planètes aujourd'hui on en découvre une douzième......

Avatar de l’utilisateur
asso
Admin
Admin
Messages : 2324
Inscription : 06 avr. 2009, 01:32
Localisation : Où DIEU souhaite me voir
Contact :

Re: Le défi historique

Message non lu par asso » 12 mars 2011, 22:44

Salam aleykoum,
En fait, ce qui m'a le plus frappé dans le Coran, son inimitabilité, ses prédictions, c'est la Sourate 111, celle qui condamne Abou-Lahab, l'oncle paternel du Prophète MUHAMMAD (salut et paix sur Lui). Vu que la Sourate est de la Mecque, donc bien avant l'Hégire, elle fut révélée en présence de l'intéressé (Abou-Lahab). Pour montrer la fausseté du Coran, il lui aurait juste suffit de se convertir ou se repentir, même en faisant semblant (comme beaucoup). Mais DIEU (loué soit-IL) par SA toute puissance ne lui a même pas permis cette hypocrisie.
:lahawl:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité